OneOff

Pourquoi l’inclusion dans les entreprises est un choix pragmatique

Observées sur leurs capacités à être inclusives…ou pas, soumises à des lois pour attester de la diversité de leurs équipes, les entreprises ne peuvent plus faire l’impasse sur ces enjeux.

Genre, origines, handicap, orientations sexuelles, les entreprises du XXIe siècle se doivent d’être inclusives. Scrutées par leurs clients sur le sujet, soumises à des lois pour montrer qu’elles intègrent réellement dans leurs équipes certaines catégories de la population (les femmes par exemple), les entreprises ont bien compris une chose : le train de l’inclusion est en marche et il vaut mieux être dedans ! 

 

Seulement voilà, comme tout train, celui-ci n’attend pas les retardataires, quand bien même auraient-ils affirmé vouloir y monter ! Des retardataires, le monde du travail en compte à ne plus savoir qu’en faire ! Car en réalité, le train inclusion ne fait pas le plein et nombreuses sont les entreprises qui restent à quai ! 

 

Certaines ont tellement galéré (sciemment  ou inconsciemment ?) à trouver la bonne route, avec des équipes si peu diverses qu’il était illusoire de penser qu’elles auraient une quelconque chance d’arriver à l’heure. 

 

D’autres ont essayé de bien faire, cochant quelques cases pour « diversifier » leurs équipes. A coup d’un homme noir par ci, une personne ayant un handicap par là et allez soyons fous une femme. Oui quel choix avant-gardiste n’est ce pas ? Une femme à la tête d’un comité de direction composé uniquement d’hommes qu’on croiraient tous sortis du même moule. Ces efforts auraient pu payer, si bien que les portes du train inclusion se sont refermés juste devant ces entreprises. 

 

Pourquoi ? Parce que l’inclusion n’a pas vocation à être un concept marketing. « La diversité, c’est d’être invité à la fête. L’inclusion, c’est d’être invité à danser » aurait dit Vernā Myers, une militante connue pour être vice présidente du département en charge de l’inclusion chez Netflix. 

 

Inviter à danser oui, mais pas seulement parce qu’une bonne playlist c’est une playlist variée. Et oui, si le géant de la vidéo à la demande réfléchit activement à ces enjeux, ce n’est pas par bonté d’âme.

 

Une entreprise réellement inclusive est plus créative, plus performante et plus lucrative, avec 30% de chiffre d’affaires en plus par salarié*. On reconnaît bien là le pragmatisme américain. 

 

Parce que spoiler : à la fin, c’est bien souvent le porte-monnaie qui gagne !

*Etude du cabinet Deloitte – Comment faire de l’inclusion un levier de transformation des organisations.

Laisser un commentaire:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top